Menu Formations
 
✓ Santé et Sécurité au Travail

Sensibilisation aux conduites addictives

Les (re)découvrir et les comprendre

OBJECTIFS

À l’issue de la formation, le(la) participant·e doit être capable de :

✅ Comprendre le cadre légal et réglementaire de l’entreprise face aux conduites addictives,

✅ Connaître leurs impacts dans l’entreprise,

✅ Identifier et gérer une personne sous l’emprise d’une addiction,

✅ Avoir les bases nécessaires pour prévenir ce type de risques.

ANIMATION

Le(la) formateur·rice utilise un support vidéoprojeté, des vidéos et des cas concrets des situations de conduite addictive au travail pour animer cette formation.
Une visite de site(s) peut également avoir lieu si la formation se passe in situ.

PUBLIC

➲ Tous les salarié·e·s de l’entreprise.

PRÉREQUIS

Aucun prérequis n’est nécessaire pour participer à cette formation.

EFFECTIF

➲ Minimum : 4 participant·e·s.

➲ Maximum : 10 participant·e·s.

➲ Pour un effectif à former inférieur à 4 : consulter les sessions en inter-entreprise.

➲ Pour un effectif supérieur à 10 : nous consulter.

DURÉE

➲ 1 journée soit 7 heures.

LOCALISATION

Cette formation peut prendre place in situ ou dans l’une de nos salles en région parisienne.
Consultez la page ❝Où vous former ?❝ pour en savoir +.

PÉDAGOGIE

  • Pratique

  • Visite de site

ÉVALUATION

⚐ 1 évaluation théorique (quizz interactif).

Cette formation donne lieu à une attestation de réussite.

DATE(S)

✅ ♿ PARIS 20e : nous contacter.

✅ ♿ ÉVRY : nous contacter.

✅ ♿ LES ULIS : nous contacter.

TARIFS

PLAN - PRICE

Description

INTRA

SESSION : 690€


ENTREPRISE !

PARIS 20e

INTER : 1090€

INTRA : 990€

INDIVIDUEL : 449€

EVRY - 91 

SESSION : 890€

INDIVIDUEL : 449€

LES ULIS - 91 

SESSION : 890€

INDIVIDUEL : 449€

INTERACTIVE LEARNING 

NON DISPONIBLE

CHEZ VOUS !

RÉSULTATS

CLIENT·E·S
100%de client·e·s satisfait·e·s.
STAGIAIRES
88%de stagiaires satisfait·e·s.
ATTESTATION
100%d'attestations délivrées.
PARTICIPATION
90%de participation effective.
QUE DIT LA LOI ?

Le Code du travail limite strictement les boissons alcoolisées pouvant être introduites sur le lieu de travail.

Ainsi « aucune boisson alcoolisée autre que :

✅ Le vin,

✅ La bière,

✅ Le cidre,

✅ Le poiré,

n’est autorisée sur le lieu de travail.

Lorsque la consommation de boissons alcoolisées, (…) est susceptible de porter atteinte à la sécurité et la santé physique et mentale des travailleur·euse·s, l’employeur·euse, en application de l’article L. 4121-1 du code du travail, prévoit dans le règlement intérieur ou, à défaut, par note de service les mesures permettant de protéger la santé et la sécurité des travailleur·euse·s et de prévenir tout risque d’accident. Ces mesures, qui peuvent notamment prendre la forme d’une limitation voire d’une interdiction de cette consommation, doivent être proportionnées au but recherché » (article R. 4228-20 du Code du travail).

Le Code du travail prévoit une obligation de sécurité à la charge du(de la) salarié·e (article L. 4122-1). Il lui incombe « …de prendre soin, en fonction de sa formation et selon ses possibilités, de sa santé et de sa sécurité ainsi que de celles des autres personnes concernées par ses actes ou ses omissions au travail. »
Le manque de vigilance d’un·e salarié·e lié à une pratique addictive peut présenter des risques en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail pour le(la) salarié·e lui(elle)-même, les autres salarié·e·s ou les tiers. Par exemple, cela pourrait être le cas si le(la) salarié·e dont la vigilance est manifestement altérée doit conduire un véhicule à bord duquel un·e collègue doit circuler. Ce·tte dernier·e doit alerter immédiatement l’employeur·euse en cas de danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé (article L. 4131-1 du Code du travail). En outre, il(elle) pourrait mettre en œuvre son droit de retrait.
En cas de manquement à son obligation de sécurité, le(la) salarié·e peut encourir une sanction disciplinaire et sa responsabilité pénale peut être engagée.
Par ailleurs, il convient de noter qu’en dehors des examens médicaux d’embauche ou périodiques organisés dans le cadre du suivi de l’état de santé du salarié, ce·tte dernier·e peut demander au médecin du travail un nouvel examen médical. Cette demande ne peut motiver une sanction (article R. 4624-34 du Code du travail).

QUE SE PASSE-T-IL EN ENTREPRISE ?

9,3% Des consommateur·rice·s d’alcool augmentent leur consommation à cause de problème au travail.

18% Des salarié·e·s consomment des médicaments psychotropes “pour se détendre au cours d’une journée difficile”.

60% Des dirigeant·e·s rencontrent des difficultés face à une ou plusieurs addictions au travail.

92% Des médecins du travail sont sollicité·e·s pour un problème d’alcool chez un·e salarié·e.

29% Des médecins du travail sollicité·e·s pour un problème de cannabis chez un·e salarié·e.